MADAM a la fièvre. Pas celle qui te cloue au plumard avec d’énormes suées et des hallus à n’en plus finir. Non, une fièvre bien plus saine, qui te fait lever le matin avec la hargne et de l’énergie à revendre. Une fièvre contagieuse rien qu’à les voir sur scène, prêtes à en découdre. Tu l’auras compris, les quatre filles originaires de Toulouse, bercées aux Runaways et autre Queen of The Stone Age, font dans le rock nerveux et sans filtre.

Une heure avant leur passage aux Transmusicales de Rennes, j’ai pu faire connaissance backstage avec Gab (chant), Anaïs (batterie), Marine (basse) et Chris (batterie).

*******

Salut MADAM ! Comment on se sent une heure avant le concert ?

Impatientes de monter sur scène et toujours un peu stressées. Plus ça approche, plus l’adrénaline monte !

Jouer pour les Transmusicales, c’est une pression supplémentaire ?

Bien sûr ! On a conscience de l’envergure de ce festival et de ce qu’il représente, alors forcément, ça fait monter la pression !

Comment avez-vous été repérées pour jouer aux Trans ?

On bosse depuis peu avec David des Tontons Tourneurs, c’est lui qui a contacté le festival et qui nous a proposé.

Vous avez réagit comment ?

On a halluciné ! C’était vraiment inattendu.

A votre avis, qu’est ce qui vous a différencié des autres groupes ?

Très bonne question… On sait que Jean-Louis [ndlr : Jean-Louis Brossard, programmateur des Transmusicales) a flashé sur notre titre The Ride et c’est ce qui lui a donné envie de nous faire venir. Le titre est d’ailleurs sur la compil’ des Trans 2018 ! 

Comment décririez-vous votre musique à quelqu’un qui ne la connaît pas ?

Électrique, énervée, brute ! 

Comment vous-êtes vous rencontrées ?

Gab : sur Facebook [rires] ! J’avais envie de monter un groupe de filles dans la région de Toulouse donc j’ai fait marcher le bouche à oreille. Ça a pris un an !  On sait que ça peut être casse gueule de monter un groupe avec des personnes qui ne se sont jamais réellement rencontrées, alors c’est génial qu’aujourd’hui, moins d’un an après notre premier concert, on en soit là avec les mêmes envies, les mêmes objectifs et la complicité qui est la nôtre.

Avez-vous une formation de musicienne ? Des expériences de groupes avant MADAM ?

Anaïs est diplômée de l’école de batterie d’Agostini mais c’est la seule qui soit réellement « formée ». On a toutes eu des expériences dans la musique, dans des groupes, plus ou moins poussées, qui nous ont formées à leur manière.

Est-ce difficile de s’imposer en tant que groupe de fille dans un milieu plutôt masculin  ?

Non, le plus dur surtout a été de trouver les musiciennes vu que comme tu dis ça reste très masculin, mais rien de plus. On reste un groupe de rock avant tout !

MADAM rock
MADAM, tout en cheveux sur la scène des Transmusicales de Rennes – 9 décembre 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Est-ce que vous vous identifiez aux groupes issu du mouvement riot grrrrrl (L7, Bikini Jill, …) ? 

Gab : Je suis féministe jusqu’aux dents mais le groupe n’est pas identifié comme appartenant à un mouvement particulier. Malgré ça, on revendique le fait de faire ce que bon nous semble comme bon nous semble et ce, loin des clichés dont pourrait souffrir un groupe « de filles ». Ça dérange parfois, on nous dit des fois que c’est dommage de ne pas pas jouer comme ci ou comme ça, mais comment te dire … On n’est pas là pour faire plaisir aux autres ! Ce qui nous empêche pas de mettre des paillettes si ça nous chante, mais pas parce que ca nous rend « féminines », juste parce qu’on aime ca [rires] !

Vous avez récemment tourné avec No One et Tagada jones, c’était comment ?

GÉNIAL ! On a eu la chance de faire notre premier concert aux côtés de No One is Innocent en avril dernier, le courant est super bien passé du coup ils nous ont placé sur leur tournée avec Tagada Jones. C’était énorme, des rencontres, des moments et des scènes inoubliables !

Vous écoutez quoi en ce moment ?

Gab : Pas mal de garage : Thee Oh Sees, Ty Segall, …

Marine : Moi je suis restée bloquée sur les Beatles [rires] !

Anaïs : Foo Fighters, les premiers albums surtout !

Chris : Je suis à fond dans les Distillers en ce moment.

Quelle est la suite pour vous ? Un album en préparation ?

On veut continuer à faire de la scène un peu partout pour pouvoir rencontrer des nouvelles personnes, se faire connaitre, et pousser le groupe aussi loin que possible. Bien sûr, à un moment, on partira sur un album ou sur un autre EP, mais ce n’est pas prévu dans l’immédiat !

*******

Pour en savoir plus sur MADAM : Facebook / Bandcamp

Partager cet article :
  • 151
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    151
    Partages
Fermer le menu