Bohemian Rhapsody a ouvert les vannes : prépare-toi à bouffer du biopic par palettes entières dans les dix années à venir. A la manière des remake live Disney ou de la saga Fast and Furious (tous dispensables), les biopics vont squatter les salles obscures, que tu le veuilles ou non. Alors, à quoi s’attendre exactement ? Une orgie de films-wikpédia sans consistance, porté par des sosies un peu claqués ? De vrais films avec des points de vue singuliers ? Sûrement un peu des deux… Ce qui est sûr, c’est qu’il va falloir faire le tri, comme la palanquée de films qui sont déjà sortis. Comme je suis un mec sympa, je t’ai pré-maché le boulot en te proposant 5 biopics qui sortent un peu du lot.

#1 I’m Not There (Todd Haynes, 2007)

Faire jouer Bob Dylan par six acteurs différents, il fallait y penser. Todd Haynes (Velvet Goldmine, Dark Waters, …) l’a fait. En multipliant les incarnations du protest singer et en variant les formes selon les périodes dylaniennes, le réalisateur signe un portrait fidèle et parfois fantasmé du chanteur à travers un kaléidoscope vibrant et vertigineux. Le tout servi par un casting six étoiles (Cate Blanchett, Christian Bale, Richard Gere, …) et propulsé par une BO forcément géniale.


#2 Last Days (Gus Van Sant, 2005)

Last Days n’est pas un biopic à proprement parlé mais retrace de façon à peine déguisée les derniers jours de Kurt Cobain, même si le protagoniste porte un tout autre nom (Gus Van Sant avouera qu’il redoutait de se faire poursuivre en justice par Courtney Love). Du style de vie grungy du personnage en passant par la maison près des bois où il vit, tout renvoie explicitement au leader de Nirvana dans ce trip contemplatif et hypnotisant.


#3 Love & Mercy (Bill Pohlad, 2015)

Paul Dano (Little Miss Sunshine, Okja, There Will Be Blood, …) interprète de façon magistrale le leader illuminé des Beach Boys, Brian Wilson, dans ce portrait émouvant scindé en deux époques : période Pet Sounds en 1966 puis homme à la dérive dans les années 1980. En se focalisant sur les périodes les plus essentielles du chanteur, Bill Pohlad évite l’hagiographie plan-plan et propose un bel hommage au génie de Brian Wilson.


#4 Control (Anton Corbijn, 2007)

« Ni un film rock ni un film sur Joy Division » avait prévenu le réalisateur à l’avant-première parisienne de son film Control. Et c’est en effet beaucoup plus que ça puisqu’Anton Corbijn délaisse volontairement la mythologie et le biopic pour dessiner un portrait touchant, entre effroi et ridicule, de la rockstar Ian Curtis. En prime, un noir et blanc sublime qui confère davantage d’impact, d’authenticité et d’esthétisme au propos du film.


#5 Rocketman (Dexter Fletcher, 2019)

A la manière d’une comédie musicale, Dexter Fletcher dresse le portrait tout feu tout flammes de l’icône pop Elton John. Biopic feel-good et rafraîchissant, Rocketman s’appuie sur 2-3 trouvailles de mise en scène bien sympathiques et sur l’interprétation impeccable de Taron Egerton.

A voir également : Walk The Line (Johnny Cash), Sid And Nancy, (Sid Vicious), Gainsbourg, Vie Héroique, …

Partager cet article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Fermer le menu